L'entretien de votre système de chauffage

Tout savoir sur l’entretien de votre chauffage

cheminee

Si l’hiver est une saison pleine de charme que beaucoup adorent, qui n’a jamais eu la désagréable surprise d’une panne de chauffage en pleine vague de froid ? Loin des douces soirées cocooning au coin du feu, un tel désagrément peut vite transformer cette période festive de vin chaud et sucre d’orge en véritable cauchemar gelé.

Pour éviter ces mini catastrophes, pensez à entretenir régulièrement votre système de chauffage.

 

L’importance d’un entretien régulier

Outre l’aspect purement légal qui vous couvre en cas de sinistre, il existe plusieurs raisons d’effectuer un entretien régulier de vos installations. La plus importante est sans doute de garantir votre sécurité. En effet, une chaudière aux normes évite les fuites et autres accidents, empêchant également la production de gaz toxique et inodore, responsable chaque année en Belgique de plusieurs centaines d'intoxications et de plusieurs décès.

En plus d’un esprit tranquille, vous y gagnerez financièrement en réalisant des économies d’énergie. L’optimisation de votre système de chauffage vous permettra de profiter d’un maximum de confort tout en réduisant grandement votre facture énergétique. Ainsi, selon l’ADEME (agence de l'environnement et maîtrise de l’énergie), vous pourrez économiser de 8% à 12% d’énergie, en fonction de votre consommation, et gagner donc jusqu’à 300€ par an.

Vos économies seront aussi valables à plus long terme puisque de bons entretiens allongeront la durée de vie de vos installations. Si vous en prenez soin, vous pourriez même la doubler, passant par exemple de 10 à 20 ans.

Enfin, avantage non négligeable, vous réduirez votre impact écologique et préserverez l’environnement en diminuant fortement l’émission de gaz agressifs qui favorisent le réchauffement climatique (l’oxyde d’azote notamment).

 

Une obligation ou une simple recommandation ?

Depuis 2019, la fréquence du contrôle obligatoire d’une chaudière est identique pour les trois régions de la Belgique : une fois tous les deux ans (sauf si la puissance de la chaudière est inférieure à 100 kW, auquel cas un contrôle tous les trois ans est suffisant), et doit impérativement être réalisé par un professionnel agréé. En Flandre, cette obligation s’accompagne d’un ramonage du conduit. Une cheminée doit quant à elle être nettoyée deux fois par an.

À la suite de ces prestations vous sera remise une attestation d’entretien signée que vous devrez pouvoir fournir en cas de contrôle, par exemple après un feu de cheminée, pour prouver que vous n’êtes pas responsable. Le plus sûr est de garder systématiquement les deux derniers documents.

En outre, si un entretien bisannuel est théoriquement suffisant pour les chaudières à gaz, un entretien supplémentaire est recommandé de manière régulière (tous les ans). Ce contrôle annuel est par ailleurs obligatoire pour les chaudières à mazout, ainsi que pour celles à bois ou à pellets.

Notez que vous n’avez aucune obligation légale d’entretenir vos appareils non raccordés au chauffage central tels que les poêles et autres chauffe-bains, ni vos appareils électriques comme les radiateurs. Néanmoins, il va de soi qu’une inspection régulière est vivement conseillée, tant pour la longévité dudit appareil que pour votre sécurité.
 

L’audit

Le contrôle périodique doit parfois être suivi d’un audit de chauffage. Ce diagnostic permet d’évaluer les performances de votre domicile en termes d’énergie ainsi que les éventuelles pertes de rendement. Le moment auquel il convient de réaliser cet audit dépend cette fois de la région : à Bruxelles, il s’effectue lors de la quatorzième ou de la quinzième année de la chaudière. En Flandre, il est obligatoire tous les cinq ans. Enfin, en Wallonie, il se fait la première ou la deuxième année, mais aussi à la suite d’une modification de l’installation.

 

Le bon moment pour tout vérifier

L’automne est la meilleure période pour procéder à cet entretien, peu avant le redémarrage du chauffage. De cette façon, vous êtes certain de ne pas avoir de problème au moment de rallumer votre chaudière et évitez ainsi les risques de rester plusieurs jours dans le froid. Qui plus est, les dépannages d’hiver sont nombreux et les professionnels seront bien plus disponibles pour venir vérifier votre installation avant cette saison difficile.

 

En quoi consiste l’entretien ?

Chaque système de chauffage a ses spécificités et nécessite donc un entretien particulier pour garantir un fonctionnement optimal, un plus grand confort et bien moins de problèmes en tous genres. Voici comment prendre soin de vos équipements :
 

La chaudière

Un professionnel examinera votre système de chauffage pour en vérifier les performances, les qualités liées à l’environnement, et la sécurité. Ce contrôle est particulièrement important dans le cas d’une installation au gaz, afin de se protéger notamment des dangers du monoxyde de carbone. Le conduit d’évacuation des gaz brûlés doit également être ramoné par un homme de métier. Dans le cas des chaudières à combustibles étanches, ce ramonage n’est pas nécessaire. En revanche, il faudra faire vérifier l’étanchéité du conduit.
 

Le poêle, la cheminée, l’insert

Pour bénéficier du charme de ce genre d’installations, un entretien plus régulier est de mise. En effet, un ramonage professionnel doit être effectué deux fois par an, dont une durant la période de chauffe. En outre, le foyer d’un poêle et son tiroir à cendres sont à brosser tous les mois. Les cheminées ouvertes et fermées ainsi que les inserts doivent, quant à eux, être brossés chaque semaine en hiver.
 

La pompe à chaleur

Un contrôle est nécessaire une fois par an pour une pompe à chaleur (ou tout autre modèle équipé d’un fluide frigorigène comme un climatiseur), ce qui est bien inférieur à certains autres systèmes de chauffage. Cependant, même s’il est moins exigeant, il doit également être effectué par un technicien agréé tel qu’un frigoriste ou un plombier-chauffagiste. Si ce prestataire examine le rendement de l’installation et les éventuels problèmes à résoudre, vous pouvez vous-même en nettoyer les filtres, une fois par mois dans l’idéal. Si votre pompe à chaleur se situe à l’extérieur, pensez aussi à la débarrasser des détritus, feuilles mortes… qui peuvent empêcher une bonne pénétration de l’air.
 

Les panneaux solaires

Très résistants, ils s’entretiennent relativement facilement, mais peuvent malgré tout nécessiter le recours à un homme de métier. Un nettoyage des surfaces à l’eau savonneuse est requis tous les deux ans, ou quand la couche de salissures dues aux intempéries est trop épaisse. Si les panneaux sont difficiles d’accès, préférez appeler un professionnel plutôt que prendre des risques inutiles. De même, veillez à protéger votre installation des arbres et plantes grimpantes qui pourraient lui faire de l’ombre. Pour cela, vous devrez peut-être faire appel à un élagueur. Par ailleurs, assurez-vous qu’un électricien vienne tous les dix ans vérifier l’état de l’onduleur afin que le courant soit toujours correctement réparti entre vos différents appareils électriques.
 

Les radiateurs

Avant le redémarrage du système de chauffage, soit en automne, les radiateurs doivent être purgés afin d’éliminer l’air qui a pu s’y installer durant l’été. Cette simple action à réaliser une seule fois par an permet par ailleurs d’en réduire le bruit et les risques de fuite, tout en augmentant leur rendement.

 

Combien ça coûte ?

Si le prix d’un entretien de votre système de chauffage peut varier, il se situe généralement entre 110€ et 150€ TVAC. Ce prix indicatif peut évidemment être plus élevé en cas de pièce à remplacer ou si des frais de déplacements s’ajoutent. Afin d’éviter une bien mauvaise surprise au moment de régler la facture, l’idéal est de demander un devis sans engagement aux différents prestataires possibles : vous pourrez ainsi bénéficier du meilleur rapport qualité/prix.

Une autre option à envisager est la souscription à un contrat de maintenance. Il s’agit de confier l’ensemble des futurs contrôles périodiques à une même société qui prendra tout en charge : elle s’occupera de prévoir les entretiens à temps, vous évitant tout retard à la suite d’un malheureux oubli, vous garantira un prix fixe pour toute la durée du contrat et sera également à votre disposition en cas de panne, tout au long de l’année.

Attention toutefois, avant de signer ce type de contrat, assurez-vous que tous les frais y soient mentionnés et que vous n’aurez pas de supplément (frais de déplacements, ramonage de cheminée, entretien des radiateurs…).

 

Une panne malgré tout : que faire ?

Si, en dépit de toutes vos précautions, votre chauffage venait à tomber en panne, pas de panique !

Dans un premier temps, effectuez quelques vérifications qui suffiront peut-être et vous dispenseront par la même occasion d’appeler un professionnel. Vérifiez en priorité que l’alimentation électrique ne soit pas simplement coupée ou en mode sécurité, suite à un disjoncteur qui aurait sauté, par exemple.

De même, pensez à contrôler la pression d’eau ainsi que la veilleuse. Le redémarrage de votre chaudière après l’été peut causer quelques soucis sans gravité tels qu’une pression trop basse qui ferait là aussi passer l’installation en mode sécurité.

Il se peut également que le problème vienne d’un simple manque de combustible. Notez qu’il est vivement déconseillé d’attendre que la cuve soit entièrement vide avant de la remplir à nouveau, car les dépôts laissés dans le fond risqueraient d’être aspirés par la pompe et d’obstruer les conduits.

Enfin, effectuez un reset en dernier recours : coupez et redémarrez le système plusieurs fois afin de réinitialiser les réglages. Vérifiez également qu’aucun code d’erreur ne s’affiche, auquel cas vous trouverez les instructions à suivre dans le manuel de la chaudière.

Si, après toutes ces manipulations, la panne est confirmée, n’hésitez pas à faire appel à un plombier-chauffagiste qualifié.